Un plan de reprise d’activité… sans concessions !

Lors d’un précédent billet, vous avez pu découvrir la solution de sauvegarde que nous mettons à votre disposition sur tous nos hébergements web : vos sites web et applications sont sauvegardés tous les jours dans notre cluster Acronis sur plusieurs centres de données distants de celui qui abrite le serveur de vos projets en production et, si nécessaire, vous pouvez facilement restaurer vos sauvegardes vers votre hébergement…
Mais, que se passe-t-il si, au-delà de vos données, c’est tout le serveur – ou, pire, tout le centre de données – qui devient inopérant ? C’est pour anticiper ce risque en envisageant les cas de figure extrêmes (incendies, catastrophes naturelles…) que Monarobase a fait évoluer son Plan de Reprise d’Activité (PRA).

Jusque là, notre PRA consistait à remplacer le ou les serveurs impactés puis à restaurer une sauvegarde depuis notre cluster Acronis.

Néanmoins, dans le cas d’un incident majeur, ce plan n’évitait pas trois écueils :

  • les délais d’obtention de nouveaux serveurs peuvent devenir très longs, ce qui retarde d’autant la reprise d’activité ;
  • les sauvegardes étant journalières, il peut y avoir jusqu’à 24 heures de pertes de données ;
  • en attendant la complète restauration des données, vos sites web et applications ne sont plus accessibles.

Notre engagement de toujours est de fournir des hébergements de haute qualité sans concessions. C’est en cohérence avec cette volonté que nous avons revu notre PRA pour dépasser ces anciennes limitations.
L’approche retenue est la suivante :

  1. mise en place d’une infrastructure en miroir de celle en production
  2. synchronisation continue de chaque serveur vers son miroir dans un autre centre de données

En cas de nécessité absolue, les requêtes vers les sites web et applications en production sont basculées vers l’infrastructure en miroir qui, grâce à la synchronisation continue, contient donc les données les plus récentes avec, au maximum, un décalage en minutes et non plus en heures comme auparavant.
La reprise d’activité devient ainsi nettement plus rapide et même potentiellement transparente pour le visiteur !

Comment est définie la « nécessité absolue » de recourir au PRA ?
Dans le cas d’une panne, la première action est de savoir si le serveur peut être remis en route pour éviter toute perte de données.
Dans la grande majorité des cas, la réparation permet une remise en route rapide du serveur. Si ce n’est pas possible nous mettons en place le PRA et routons les requêtes vers l’infrastructure en miroir.
Dans quels cas la remise en route d’un serveur n’est pas possible ?
Il existe plusieurs scénarios :

  • Panne simultanée de plusieurs supports de stockage (SSD NVMe) de la même grappe RAID : nous routons les requêtes vers le serveur miroir, remplaçons les supports défectueux puis, en retour, migrons sans indisponibilité le serveur vers l’infrastructure initiale.
  • Datacentre détruit : nous routons les requêtes vers le serveur miroir, mettons en place un nouveau serveur dans un autre centre de données puis migrons sans indisponibilité le serveur vers le nouveau serveur.

Dans la plupart des autres cas (panne de 1 à 3 SSD NVMe de grappes RAID différentes ou panne d’une alimentation par exemple), il n’y a aucune indisponibilité : l’élément est remplacé à chaud après basculement automatique vers le ou les éléments redondants qui restent fonctionnels.

Quel est l’impact de la synchronisation continue sur les performances de votre hébergement ?
La récente évolution de notre infrastructure a permis d’augmenter fortement les capacités de nos serveurs tant en puissance brute (processeurs, cœurs…) qu’au niveau de leur mémoire vive ou de la vitesse de transfert de leurs supports de stockage. Ces nouvelles caractéristiques et notre habitude de faire en sorte que nos serveurs ne dépassent jamais 60% de leur capacité permettent très largement de trouver les ressources nécessaires à la synchronisation continue.

Ce nouveau plan de reprise d’activité est opérationnel pour toute nouvelle souscription à l’une de nos formules d’hébergement web à partir de 3,99 €HT par mois (soit 4,79 € TTC).
Les hébergements en place en bénéficieront également, sans sucoût, lors de leur basculement automatique vers notre nouvelle infrastructure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.